All registered members will be sent updates and news. You can also opt to receive the Live Nation Weekly to be kept informed of all our concert presales and onsale times.

Please complete all mandatory fields *

Name

DEAD CROSS

Lorsque le fou chantant Mike Patton s’ennuie, ne serait-ce que cinq minutes, il crée ou intègre un nouveau groupe, calé avec la même intensité que pour ses innombrables autres projets solo, ses tours de chant de crooner pour fausses bandes originales italiennes, mais aussi Tomahawk, ou son groupe le plus populaire, Faith No More, aujourd’hui en pause assumée.

 

Mais c’est en acceptant l’invitation de son pote Dave Lombardo, autre stakhanoviste forcené avec qui il développe déjà leurs expérimentations bruitantes au sein de Fantômas, que Patton vient de livrer une des partitions vocales les plus hystériques de l’année 2017 sur le premier album éponyme de Dead Cross. Exceptée leur reprise du « Bela Lugosi’s Dead » de Bauhaus, titre phare de la cold wave 80s essuyée ici au papier de verre, ailleurs l’ensemble s’envole sur un habituel roller-coaster complètement frappadingue et brutal. Thrash, punk, noise schizoïde et élucubrations vocales bestiales : le laboratoire est à nouveau hystérique et jubilatoire, orchestré par le retour de Ross Robinson, l’homme des premiers Slipknot, de « Roots » de Sepultura, de At-The-Drive-In ou des Deftones. Aïe, ouille, prévoyez une pause après leur prestation.